Aves, p�le ornithologique de Natagora

Éthique et photographie

La photographie des oiseaux dans la nature a beaucoup évolué avec le perfectionnement du matériel.
Autrefois, les photos portaient le plus souvent sur des oiseaux couvant ou nourrissant leurs jeunes, photographiés à partir de caches installées à proximité immédiate des nids. Cette façon de faire comportait évidemment des risques importants liés à l’approche, à l’installation de l’affût (piétinement, voie d’accès aux prédateurs) et au dégagement de la végétation gênant la prise de vue. La fréquence des expériences négatives a fait recommander d’abandonner la photographie au nid pour lui préférer celle des oiseaux saisis dans leurs activités générales, la véritable « chasse photographique », qui nécessitait le recours à des téléobjectifs performants, donc coûteux. Les photographies au nid ne sont plus guère appréciées. Elles sont rarement publiées d’ailleurs, mais il ne faut pas se dissimuler que des photographes se postent volontiers dans les environs immédiats des nids, où les oiseaux reviennent régulièrement, ce qui n’est pas sans risque. En revanche, dans le cas d’une découverte fortuite d’un nid avec des œufs ou des petits, on peut prendre rapidement un cliché avant de s’écarter.

Avant l’avènement des technologies numériques, le désir d’avoir de belles images poussait aussi certains à s’approcher trop près des oiseaux jusqu’à provoquer des envols intempestifs. Aujourd’hui, grâce à la digiscopie, il devient possible de prendre des photos à beaucoup plus grande distance et pratiquement sans déranger les oiseaux. Toutefois, les spécialistes restent divisés sur la qualité des résultats (résolution trop faible pour une reproduction sur papier en grand format).

Newsletter Aves

Vous souhaitez recevoir la newsletter de la Centrale Ornithologique Aves ?

Désinscrivez-vous de notre newsletter