Aves, p�le ornithologique de Natagora

Matériel optique

Les jumelles

L’outil le plus utile pour l’ornithologue qui désire observer les oiseaux sur le terrain est la paire de jumelles. Voici comment choisir son matériel optique en fonction de ses besoin et comment l’utiliser de manière optimale.

Une longue-vue est également très utile pour l'ornithologue qui aime observer dans les milieux ouverts. Pour plus d'informations sur les longues-vues, cliquez ici.

Un peu de technique

  • Grossissement : il représente la “puissance” des jumelles. Généralement les ornithologues utilisent des jumelles au grossissement de 8 ou 10 fois, c’est-à-dire que l’oiseau observé dans les jumelles apparaît 8 à 10 fois plus gros que ce qui est observé à l’oeil nu. Il existe d’autres grossissements (7, 12, 16 et 20 fois) et des zooms couvrant une grande plage de grossissement. En général, plus le grossissement est fort, plus le champ de vision est réduit et plus les risques de bouger sont importants. Pour un même diamètre d’objectif, la luminosité diminue lorsque le grossissement augmente.
  • Diamètre de l’objectif : c’est par l’objectif des jumelles que passe la lumière. En général, plus le diamètre de l’objectif est grand, plus la quantité de lumière qui y pénètre est importante et plus l’image paraîtra claire cependant, le matériel sera plus encombrant et lourd.
  • Pupille de sortie : c’est le rapport entre le grossissement et le diamètre de l’objectif . Plus ce rapport est élevé, plus les jumelles ou la longue-vue est lumineuse. Exemple des jumelles de poche 10x25 ont une pupille de sortie de 2,5 tandis que des jumelles 10x42 ont une pupille de sortie de 4,2.
  • Champ de vision : souvent exprimé en ° à 1000m, il correspond à la surface que l’ornithologue couvre lorsqu’il regarde dans ses jumelles. Plus le champ est grand, plus l’oiseau sera facile à trouver et la vision confortable. En général, le champ de vision diminue avec le grossissement.
  • Type de prismes : les prismes droits sont actuellement les plus prisés par les ornithologues. Par rapport aux prismes de Porro, les jumelles aux prismes droits sont plus compacte et souvent plus robustes. Elles ont également l’avantage d’êtres imperméables et ont une mise au point interne.
  • Qualité de l’optique : elle peut varier fortement selon les marques. Le choix des matériaux des lentilles et des traitements par le constructeur influence fortement la qualité de l’observation mais également le prix. Les optiques hautes définitions (HD) offrent une image nette, claire et sans aberration mais ce sont aussi les plus chères.

Le choix des jumelles

Il se fait en fonction des besoins de l’ornithologue mais aussi de son budget, les prix variant de 40 à 2.500 euros, voire plus.

  • Les compactes : elles tiennent en poche et sont assez légères. L’idéal pour ceux qui ne veulent pas s’encombrer d’une paire de jumelles qui pend en permanence autour du cou. D’un grossissement de 8 à 10 fois ces jumelles sont pratiques pour la randonnée notamment. La luminosité et l’angle de vue de ces jumelles sont souvent plus faibles que des ceux des jumelles classiques, mais cela dépend aussi de la marque.
  • Les classiques : ce sont des jumelles d’un diamètre d’objectif de 42 ou 50 mm et d’un grossissement de 7 à 10 fois. Les plus prisées des ornithologues sont les 10 x 42 qui offrent un bon compromis grossissement/légèreté/luminosité. Pour ceux qui préfèrent un format plus léger, il existe aussi des modèles 8 ou 10 x 32.
  • Le zoom : sur certains modèle, il y a la possibilité de faire varier le grossissement avec un zoom.  Utile pour cibler un détail ou si on n’a pas de longue vue. Attention cependant à la perte de de luminosité et aux tremblements avec le plus fort grossissement.
  • Les jumelles stabilisées : certaines marques font des jumelles avec stabilisation d'image. Cela permet d'avoir une image nette malgré les légers tremblements de l'ornithologue. On peut alors utiliser des grossissements un peu plus importants. Cependant, leur poids est assez élevé et elles fonctionnent en général avec des piles.

Comment bien régler ses jumelles

  • Si vous possédez des lunettes, vous pouvez adapter les oeilletons au niveau des lentilles pour faciliter la vision.
  • L’écartement doit être adapté à vos yeux. Si une zone sombre apparaît au milieu et coupe l’image en deux, c’est que les jumelles sont trop écartées. Elles sont trop serrées si des zones sombres apparaissent sur les côtés.
  • La vue change régulièrement d’un oeil à l’autre et les fabriquants de jumelles ont prévu un réglage pour que chacun puisse adapter les jumelles à leur vue (correction dioptrique). Pour avoir une vision aussi nette des deux yeux, réglez cette correction. Pour faire ce réglage, il y a 3 étapes :
  1. fermez l’oeil droit et effectuez la mise au point sur un objet pas trop loin
  2. fermez l’oeil gauche et ouvrez l’oeil droit. Effectuez la mise au point avec la molette de correction dioptrique (souvent près de l’oculaire).
  3. ouvrez les deux yeux et vérifiez que l’image est parfaitement nette

Attention, le matériel optique est fragile et doit être protégé des coups, des intempéries et du sable notamment. Il est aussi important de le nettoyer régulièrement. Cliquez ici pour savoir comment vous y prendre.

Newsletter Aves

Vous souhaitez recevoir la newsletter de la Centrale Ornithologique Aves ?

Désinscrivez-vous de notre newsletter