Aves, p�le ornithologique de Natagora

Causes du déclin des hirondelles

Au cours des trente dernières années, les effectifs d'hirondelles en Belgique ont connu un déclin important. Quelles en sont les raisons ? Elles sont multiples et on cite souvent, pêle-mêle, le manque de nourriture, les périls sur les chemins migratoires, les modifications écologiques touchant les zones d'hivernage en Afrique...

Mais il existe une autre raison au déclin, peut-être la principale, et nous en sommes directement responsables ici dans les quartiers d'été des hirondelles : la disparition des sites de nidification ! Chacune des trois espèces est touchée à sa manière.

Hirondelle rustique

L'hirondelle rustique est étroitement liée à l'Homme lors de la nidification car, dans notre pays, elle niche exclusivement sur des bâtiments, principalement agricoles.

De ce fait, cette espèce souffre de l'industrialisation de l'agriculture : les étables modernes complètement fermées ne permettent plus aux hirondelles d'y nicher, la banalisation du paysage (arrachage des haies, disparition des mares...) et l'utilisation de pesticides font diminuer les populations d'insectes volants dont l'hirondelle se nourrit exclusivement...

Même si cette espèce reste relativement commune, ses populations pourraient continuer à diminuer si la modification profonde de son habitat se poursuit et si rien n'est fait pour y remédier.

Hirondelle de fenêtre

L'hirondelle de fenêtre vit également à proximité de l'Homme. Elle accroche son nid à la façade des maisons et autres bâtiments. Mais l'Homme a un goût bien légitime pour les belles bâtisses. L'hirondelle de fenêtre n'est dès lors pas toujours la bienvenue pour construire son nid sur les façades rénovées à grands frais. Leurs fientes ne sont certes pas de la plus grande élégance. Mais les nids sont protégés par la loi. Et si certains propriétaires n'hésitent pas à détruire les nids, cette pratique est entièrement illégale... et donc condamnable !

La boue est le matériau essentiel pour la construction des nids. Mais de nos jours, les villes sont de plus en plus recouvertes de béton. Les hirondelles ont de plus en plus de difficultés à trouver des zones boueuses pour se fournir en matière première. Et souvent en zone urbaine, elles doivent construire leur nid avec de la boue de moindre qualité, sableuse. Avec ce ciment de second choix, les nids sont plus fragiles et parfois, ils ne résistent pas toute la saison... Si l'hirondelle était en train d'élever ses jeunes quand le nid tombe, la nichée est perdue.

Hirondelle de rivage

L'hirondelle de rivage nichait à l'origine dans nos régions en creusant son nid dans les parois sableuses bordant les rivières.

Bien qu'il existe encore actuellement quelques colonies en sites naturels, le bétonnage des rives de nos cours d'eau a obligé l'hirondelle de rivage à trouver d'autres lieux propices à la nidification. Elle y est parvenue en s'installant dans les carrières de sable qui lui offrent les parois qu'elle recherche.

Cette tendance pourrait quelque peu fragiliser cette espèce car elle entraîne une concentration des populations : à l'origine, les hirondelles de rivage nichaient en petites colonies dispersées sur tout le territoire le long des cours d'eau alors que, actuellement, on constate l'apparition de grandes colonies (comptant parfois plusieurs centaines de nids) dans quelques sites artificiels. La destruction d'une de ces zones de nidification aurait alors un impact beaucoup plus important sur la population entière que la disparition d'une colonie naturelle ne comptant que quelques nids.

Ces causes étant identifiées, nous devons y apporter des solutions si nous voulons préserver les hirondelles chez nous.

Newsletter Aves

Vous souhaitez recevoir la newsletter de la Centrale Ornithologique Aves ?

Désinscrivez-vous de notre newsletter