Aves, p�le ornithologique de Natagora

Consultez les articles du Bulletin Aves !

Recherche

Retour à la liste des articles

Aves, 44/3 | 2007 | 137-140

  Combattants variés et Barges à queue noire munis de bagues couleur : deux nouveaux projets aux Pays-Bas
Hooijmeijer, J.

Article est disponnible en pdf Télécharger l'article au format pdf (1.85 MB)

Résumé de l'article

La population de la Barge à queue noire aux Pays-Bas représente 80% de la population européenne. Au cours des dernières décennies, les effectifs ont fortement diminué principalement suite à l'intensification de l'agriculture. Si l'on connaît assez bien les tendances d'évolution de la population dans les diverses régions du pays, l'écologie de l'espèce l'est moins et il importe de bien la connaître si on veut contribuer à sa sauvegarde. Les premiers résultats de l'étude montrent que les femelles se reproduisant tôt sont plus grosses que les autres. Elles pondent de plus gros oeufs et la probabilité de réussite de la nichée est plus élevée. Leurs poussins sont plus gros et leur croissance plus rapide. Un des objets de l'étude dans les années futures consistera à déterminer les facteurs influençant la date de la ponte (date du retour, condition physique aux différents stades du cycle annuel, différences dans le développement du plumage nuptial, disponibilité du sol en invertébrés, variations individuelles dans l’immunocompétence). Depuis 2004, le programme a marqué 160 oiseaux dans le sud-ouest de la Frise. Le Combattant varié est proche de l'extinction comme nicheur aux Pays-Bas mais des nombres importants s'y arrêtent au cours des migrations. Si les pics de passage sont bien connus, la durée de leur séjour l'est moins. Il est donc difficile d'estimer la taille de la population de Combattants s'arrêtant dans les prairies des Pays-Bas au cours de la migration printanière. Jusqu'à présent, 2.400 Combattants ont été marqués et il y a eu 1.700 lectures provenant d'Europe et même d'Afrique occidentale. Leur analyse permet de conclure à un séjour moyen de 27 jours, ce qui semble indiquer que près de 70.000 oiseaux s'arrêtent dans le sud-ouest de la Frise. Il semble aussi que la fidélité de l'espèce au site soit importante tant au cours d'une même saison que d'une saison à l'autre. L'attrait de la région pour l'espèce est lié à l'abondance de milieux à végétation basse à proximité des lieux de repos. L'aire de reproduction des Combattants stationnant aux Pays-Bas est très étendue, des lectures de bague ayant été réalisées jusque dans l'est de la Sibérie. La plupart des Combattants hivernent en Afrique occidentale, certains restant plus au nord, Pays-Bas inclus. Il semble y avoir une évidence pour des lignes de vol différentes entre mâles et femelles mais pas pour une migration structurée suivant l'origine de la population. Enfin, il y a une curieuse stratégie d'accouplement chez une catégorie de Combattants. Certains mâles au plumage cryptique ne développent pas les apparats habituels des mâles nuptiaux. Ils copulent tant avec des mâles qu'avec des femelles et sont probablement aptes à la reproduction. Les deux espèces sont munies d'une bague métallique, sans importance dans le code, de 4 bagues de couleur (2 par patte) et d'un drapeau de couleur supplémentaire. Les couleurs utilisées sont le jaune, le bleu, le rouge et le blanc (et, depuis 2007, le vert menthe pour les barges). Il n'y a pas d'inscription sur les bagues de couleur et le drapeau. Jusqu'à juillet 2007, 300 contrôles de Combattants et 2 de Barges à queue noire ont été réalisés en Belgique.

Articles sur les espèces principales

Barge à queue noire
Limosa limosa

Consultez la fiche de l'espèce

Combattant varié
Philomachus pugnax

Consultez la fiche de l'espèce

Articles publié dans le même bulletin