Aves, p�le ornithologique de Natagora

Consultez les articles du Bulletin Aves !

Recherche

Retour à la liste des articles

Aves, 49/2 | 2012 | 115-128

  Observations de juin à août 2011
Centrale Ornithologique Aves Groupe de travail « Chroniques »

Article est disponnible en pdf Télécharger l'article au format pdf (2.65 MB)

Résumé de l'article

L’été 2011

Après un printemps exceptionnellement chaud, sec et ensoleillé, le retour à un temps plus variable, assez venteux, se marque dès début juin. L’influence presque continue de courants maritimes est source de pluies dans l’ensemble normales. Après un bref épisode de chaleur les 27-28, la dégradation se prononce. Juillet fut exceptionnellement frais (moyenne de 16°C à Uccle, normale 18,4°C), surtout en raison de courants d’origine polaire quasi continus après le 10. Le ciel souvent couvert et de fréquentes petites pluies ont contribué à rendre le mois bien peu estival. Par la suite, août fut tout aussi peu ensoleillé, souvent sans chaleur et surtout très pluvieux (189l/m² à Uccle, normale 79l/m²), avec de fréquents orages, principalement en seconde quinzaine.

Comme à l’accoutumée, quelques migrateurs prénuptiaux passent encore en juin (Échasse blanche, Grand Gravelot, chevaliers, Tarier des prés, Traquet motteux, rousserolles), dont deux Roselins cramoisis mâles vus au Luxembourg. Trois Vautours fauves s’arrêtent les 15-16.06 dans le Sud-Luxembourg. Surtout, les Cailles affluent, peut-être en raison d’un printemps propice aux reproductions dans le sud du continent.

Juin, puis juillet, sont aussi les mois où se confirment un grand nombre de reproductions. Parmi les oiseaux d’eau, soulignons la diversité des grands échassiers à Harchies, encore renforcée par une mention de Crabier et les prémices de nidification de la Spatule mais également la découverte de 6 nichées de Sarcelle d’hiver en site forestier dans la vallée de la Haine. En revanche, les nichées de Fuligules milouins et morillons semblent peu nombreuses, avec des éclosions tardives, surtout chez le Morillon ; ce dernier confirme néanmoins son implantation en Ardenne et en Gaume. De nouvelles mentions estivales de Harle bièvre attirent l’attention (éventualité de nidification à ne pas exclure), tout comme les nouvelles reproductions de l’Avocette, de l’Huîtrier pie et de la Sterne pierregarin. En marais, la nidification de la Locustelle luscinioïde est probable et le Phragmite des joncs poursuit son rétablissement.

Si le constat est positif pour quelques visiteurs d’été (Torcol, Hirondelle de rivage, Bergeronnette flavéole, Fauvette grisette, Pie-grièche écorcheur …), il n’en va pas de même pour des nicheurs emblématiques comme le Râle des genêts (un seul territoire décelé), la Tourterelle des bois, le Pipit farlouse, le Tarier des prés (menacé d’extinction hors Elsenborn et la vallée de la Rur),   la Pie-grièche grise (en net déclin), le Bruant proyer. Le succès de la reproduction des busards est médiocre sauf pour le Saint-Martin. Le Pic cendré semble devenu bien rare et la reproduction du Tétras lyre est sans doute affectée par l’incendie printanier d’une grande partie des fagnes (pertes de nids, ressources alimentaires réduites). Enfin, l’année ne fournit aucune preuve de reproduction de la Bécassine des marais, de la Rousserolle turdoïde (un canton temporaire à Ploegsteert), de la Huppe (un couple cantonné en juin à Lagland) ou du Guêpier.

À partir de juin, les mouvements estivaux s’amorcent (limicoles, premiers rassemblements d’anatidés
comme le Fuligule milouin) et des oiseaux ayant terminé leur reproduction  se dispersent (Hirondelle de rivage dès le 20 juin par exemple). Les migrations de juillet concernent principalement des oiseaux d’eau, des sylviidés et d’autres migrateurs précoces comme le Milan noir et le Martinet noir. En fin de mois cependant, les rassemblements d’hirondelles deviennent manifestes, deux Circaètes sont observés et quelques autres migrateurs transsahariens font halte (Héron pourpré, Rossignol philomèle, Gobemouche gris, Pie-grièche écorcheur). Les migrations s’amplifient dès les premiers jours d’août ; un jeune Grèbe jougris est alors pointé. Les haltes sont fréquentes au cours d’une seconde quinzaine rythmée par les dépressions pluvio-orageuses (Pluvier guignard, Cigogne blanche …). L’augmentation des captures du Phragmite des joncs et le fort passage de Rousserolles verderolles adultes sont soulignés. Quelques observations de Faucons émerillons dès la mi-août sont précoces ; deux captures de Phragmites aquatiques et trois de Fauvettes épervières ont lieu à cette époque.

Autres espèces citées dans l'article

Aigrette garzette (Egretta garzetta), Avocette élégante (Recurvirostra avosetta), Barge à queue noire (Limosa limosa), Barge rousse (Limosa lapponica), Bec-croisé des sapins (Loxia curvirostra), Bécasseau cocorli (Calidris ferruginea), Bécasseau de Temminck (Calidris temminckii), Bécasseau minute (Calidris minuta), Bécasseau variable (Calidris alpina), Bécassine des marais (Gallinago gallinago), Bergeronnette des ruisseaux (Motacilla cinerea), Bergeronnette printanière (Motacilla flava), Bernache du Canada (Branta canadensis), Bernache nonnette (Branta leucopsis), Bihoreau gris (Nycticorax nycticorax), Blongios nain (Ixobrychus minutus), Bondrée apivore (Pernis apivorus), Bruant ortolan (Emberiza hortulana), Busard cendré (Circus pygargus), Busard des roseaux (Circus aeruginosus), Busard Saint-Martin (Circus cyaneus), Butor étoilé (Botaurus stellaris), Caille des blés (Coturnix coturnix), Canard carolin (Aix sponsa), Canard chipeau (Anas strepera), Canard mandarin (Aix galericulata), Canard pilet (Anas acuta), Canard siffleur (Anas penelope), Canard souchet (Anas clypeata), Chevalier aboyeur (Tringa nebularia), Chevalier arlequin (Tringa erythropus), Chevalier cul-blanc (Tringa ochropus), Chevalier gambette (Tringa totanus), Chevalier guignette (Actitis hypoleucos), Chevalier sylvain (Tringa glareola), Cigogne blanche (Ciconia ciconia), Circaète Jean-le-Blanc (Circaetus gallicus), Combattant varié (Philomachus pugnax), Courlis cendré (Numenius arquata), Courlis corlieu (Numenius phaeopus), Crabier chevelu (Ardeola ralloides), Cygne tuberculé (Cygnus olor), Echasse blanche (Himantopus himantopus), Engoulevent d'Europe (Caprimulgus europaeus), Érismature rousse (Oxyura jamaicensis), Étourneau sansonnet (Sturnus vulgaris), Faucon émerillon (Falco columbarius), Fauvette babillarde (Sylvia curruca), Fauvette des jardins (Sylvia borin), Fauvette épervière (Sylvia nisoria), Fauvette grisette (Sylvia communis), Foulque macroule (Fulica atra), Fuligule milouin (Aythya ferina), Fuligule morillon (Aythya fuligula), Fuligule nyroca (Aythya nyroca), Gallinule poule-d'eau (Gallinula chloropus), Garrot à oeil d'or (Bucephala clangula), Gobemouche gris (Muscicapa striata), Gobemouche noir (Ficedula hypoleuca), Goéland brun (Larus fuscus), Goéland marin (Larus marinus), Goéland pontique (Larus cachinnans), Gorgebleue à miroir (Luscinia svecica), Grand Corbeau (Corvus corax), Grand Cormoran (Phalacrocorax carbo), Grand Gravelot (Charadrius hiaticula), Grande Aigrette (Casmerodius albus), Grèbe à cou noir (Podiceps nigricollis), Grèbe jougris (Podiceps grisegena), Grive draine (Turdus viscivorus), Grive litorne (Turdus pilaris), Gros-bec casse-noyaux (Coccothraustes coccothraustes), Guêpier d'Europe (Merops apiaster), Guifette noire (Chlidonias niger), Harle bièvre (Mergus merganser), Héron garde-boeufs (Bubulcus ibis), Héron pourpré (Ardea purpurea), Hirondelle de fenêtre (Delichon urbicum), Hirondelle de rivage (Riparia riparia), Hirondelle rustique (Hirundo rustica), Huîtrier pie (Haematopus ostralegus), Huppe fasciée (Upupa epops), Hypolaïs ictérine (Hippolais icterina), Locustelle luscinioïde (Locustella luscinioides), Locustelle tachetée (Locustella naevia), Martinet noir (Apus apus), Milan noir (Milvus migrans), Mouette mélanocéphale (Larus melanocephalus), Nette rousse (Netta rufina), Oie cendrée (Anser anser), Perruche à collier (Psittacula krameri), Perruche alexandre (Psittacula eupatria), Petit Gravelot (Charadrius dubius), Phragmite aquatique (Acrocephalus paludicola), Phragmite des joncs (Acrocephalus schoenobaenus), Pic cendré (Picus canus), Pie-grièche écorcheur (Lanius collurio), Pie-grièche grise (Lanius excubitor), Pigeon colombin (Columba oenas), Pipit des arbres (Anthus trivialis), Pipit rousseline (Anthus campestris), Pluvier doré (Pluvialis apricaria), Pluvier guignard (Charadrius morinellus), Pouillot fitis (Phylloscopus trochilus), Pouillot siffleur (Phylloscopus sibilatrix), Râle d'eau (Rallus aquaticus), Râle des genêts (Crex crex), Roselin cramoisi (Carpodacus erythrinus), Rossignol philomèle (Luscinia megarhynchos), Rousserolle effarvatte (Acrocephalus scirpaceus), Rousserolle turdoïde (Acrocephalus arundinaceus), Rousserolle verderolle (Acrocephalus palustris), Sarcelle d'été (Anas querquedula), Sarcelle d'hiver (Anas crecca), Spatule blanche (Platalea leucorodia), Sterne pierregarin (Sterna hirundo), Tadorne casarca (Tadorna ferruginea), Tadorne de Belon (Tadorna tadorna), Tarier des prés (Saxicola rubetra), Tétras lyre (Tetrao tetrix), Torcol fourmilier (Jynx torquilla), Tournepierre à collier (Arenaria interpres), Tourterelle des bois (Streptopelia turtur), Traquet motteux (Oenanthe oenanthe), Vanneau huppé (Vanellus vanellus), Vautour fauve (Gyps fulvus)

Articles publié dans le même bulletin