Aves, p�le ornithologique de Natagora

Consultez les articles du Bulletin Aves !

Recherche

Retour à la liste des articles

Aves, 54/3 | 2017 | 97-122

  Espèces Natura 2000 en Wallonie : quels effets pour les populations d'oiseaux nicheurs depuis la désignation des sites ?
Jean-Yves Paquet, Antoine Derouaux, Alain De Broyer, Rudi Dujardin, Vincent Leirens, Jean-Paul Jacob & Jérémy Simar

Article n'est pas encore disponnible en pdf Article disponible au téléchargement en 2019

Résumé de l'article

Le réseau Natura 2000 en Wallonie comprend 240 sites et s’étend au total sur 220.000 ha, à travers une large gamme de milieux naturels. Il a pour vocation d’offrir un régime de protection particulier pour des habitats et des espèces patrimoniales, dites « Natura 2000 », incluant notamment 43 espèces d’oiseaux nicheurs, dont le choix est dicté par la directive 2009/147/EC « oiseaux ». En 2002, lors de la désignation initiale des périmètres des sites, une estimation des populations d’oiseaux Natura 2000 présents dans chacun des sites a été produite. En 2015, sur base de sources d’information allant de recensements spécifiques à l’exploitation des portails de données naturalistes, une mise à jour de ces états de population a été réalisée et est analysée dans cet article. Depuis 2002, huit nouvelles espèces Natura 2000 nicheuses ont été découvertes dans le réseau en Wallonie et deux en ont disparu. Les populations principales des espèces Natura 2000 semblent dans l’ensemble bien couvertes par le réseau wallon puisque seules neuf espèces comptent moins de la moitié de leurs effectifs à l’intérieur des sites. Au sein du réseau Natura 2000 wallon, on détecte encore peu de variations des populations se démarquant nettement des tendances observées à une échelle plus large (pays voisins). Parmi celles-ci, le mauvais état relatif des populations d’oiseaux liés aux roselières (Grand Butor, Blongios nain...) est préoccupant. Par contre, plusieurs évolutions encourageantes d’espèces rares liées aux milieux ouverts ardennais, en particulier les landes et les tourbières, sont perceptibles. Il s’agit soit d’apparitions de nouvelles populations (Sarcelle d’hiver, Torcol fourmilier), soit de simples maintiens alors que les populations voisines s’effondrent (Pie-grièche grise, Tarier des prés). Il est donc essentiel de poursuivre les efforts importants engagés dans les vastes projets de restauration des milieux concernés, surtout en Ardenne.

Contact

  • Jean-Yves Paquet, Antoine Derouaux,
    Alain De Broyer, Rudi Dujardin, Vincent Leirens,
    Jean-Paul Jacob
    Département Études de Natagora
    Rue Nanon 98
    5000 Namur
    jean-yves.paquet(at)aves.be


    Jérémy Simar
    Direction générale opérationnelle de l’Agriculture,
    des Ressources naturelles et de l’Environnement
    Département de l’étude du Milieu naturel et agricole
    Direction de la Nature et de l’Eau
    Chemin des Préaux 10
    B-7321 Bernissart (Harchies)
    jeremy.simar(at)spw.wallonie.be

     

     

Articles publié dans le même bulletin