Sur les traces d'Aves-Namur en 2012

Balade ornitho à Harchies

Nouveau comité, nouvelle organisation, nouvelle série de balades ornithologiques ! Et pour cette première sortie du "renouveau", Aves-Namur a choisi le complexe marécageux d'Harchies-Hensies-Pommeroeul. Site emblématique de la richesse de notre avifaune wallonne, les "marais d'Harchies" rassemblent 550 ha d'étangs, roselières et autres zones humides. Tour à tour Site Ramsar, Zone humide d'intérêt biologique (site Natura 2000 Vallée de Haine en aval de Mons), Zone de protection spéciale, Réserve naturelle RNOB et Patrimoine de la Région wallonne, découvrons ensemble sa biodiversité à plumes.

Malgré un temps couvert et frais, il fait sec et les oiseaux sont au rendez-vous. Et qui dit étangs dit canards et autres palmipèdes : Cygne tuberculé, Bernache nonnette, Canards colvert, chapeau et souchet, Sarcelles d'hiver et d'été, Fuligules milouin et morillon, et Garrot à oeil d'or. Les autres "barboteurs" sont aussi de la partie : Grèbes à cou noir, castagneux et huppé, Grand Cormoran, Mouette rieuse, Goéland cendré, ... Les roseaux sont eux aussi bien occupés : Grande Aigrette, Héron cendré, Râle d'eau, Martin-pêcheur d'Europe, Gorgebleue à miroir, Phragmite des joncs, Locustelle tachetée, Bouscarle de Cetti et Bruant des roseaux. Mais Harchies, contrairement à ce que l'on pourrait penser, ce n'est pas que de l'eau. La végétation abondante abrite également nombre d'espèces plus sylvestres, tels les Coucou gris, Pics vert et épeiche, Grive musicienne, Pouillots fitis et véloce, Mésange à longue queue, Grimpereau des jardins, Chardonneret élégant, Bouvreuil pivoine, ... Si on lève les yeux vers le ciel, on peut également apercevoir le "saint-esprit" du Faucon crécerelle, le vol acrobatique des Martinets noirs, la triade des Hirondelles (de rivage, rustique et de fenêtre), un ballet d'Etourneaux sansonnets. Notre plus belle observation reste cependant celle très inattendue d'un juvénile (deuxième année) de Pygargue à queue blanche.

Cette fois, c'est certain : Aves-Namur, après une légère hibernation, est belle et bien réveillée et prête pour de nouvelles aventures !

Balade ornitho à Hollogne-sur-Geer

Pour sa première sortie de comité, Aves-Namur s'est rendu aux décanteurs d'Hollogne-sur-Geer, zone humide liégeoise sauvée cette année de l'abandon grâce à un partenariat Natagora-Hesbaye Frost.

Soleil et chaleur étant au rendez-vous, nous avons eu la chance d'observer deux des trois espèces vedettes de l'endroit : le très célèbre Grèbe à cou noir et la très malicieuse Gorgebleue à miroir. Si nous avons raté la Panure à moustaches, d'autres se sont laissé admirer ou entendre : Epervier d'Europe, Faucon hobereau, Chevalier guignette, Fauvettes des jardins et grisettes, Rousserolles effarvatte et verderole, Bruant jaune, ...

Ces décanteurs, dont nous n'avons observé qu'une petite partie de la richesse avifaunistique, méritent franchement le détour. Nous reviendrons donc certainement, en groupe cette fois.

Balade ornitho à Uitkerke

Pour sa grande première en Flandre, Aves-Namur a choisi un site, sinon prestigieux, au moins très célèbre au sein de la communauté ornithologique belge : les polders d'Uitkerke, 1500 ha de prairies, roselières, étangs et canaux. Cette station emblématique de l'hivernage des oiseaux d'eau venus du nord est certainement l'une des seules raisons pour laquelle les Wallons connaissent la fameuse gare de Blankenberge. C'est d'ailleurs le moyen de transport que nous aurions dû privilégier, avec changement à Bruxelles-Nord et, pour les plus étourdis, correspondance avec la fameuse ligne 0 du Kusttram. En effet, l'itinéraire et le parcage de notre car ne furent pas des plus aisés. Mais nous y voici, sous la bruine et dans le froid. Le brouillard matinal est au rendez-vous et nous dissimule ce que nous estimons être quelques milliers d'oies broutant sans se presser l'herbe fraîche de l'une ou l'autre prairie : 300 Oies rieuses, 800 Oies à bec court, 300 Oies cendrées, plus toutes celles seulement présentes par leurs cris. Sur les plans d'eau, les cousins sont là aussi : Ouette d'Egypte, Tadorne de Belon, Canard colvert, chipeau, souchet, siffleur, Sarcelle d'hiver, Fuligule morillon. Mais les anatidés ne sont pas les seules attractions des polders. En effet, les limicoles sont aussi bien présents, avec pas moins de 200 Vanneaux huppés, une trentaine de Pluviers dorés, 40 Courlis cendrés et un unique représentant des plus discrets de la famille : la Bécassine des marais. Nous noterons également la présence d'une bonne centaine d'Etourneaux sansonnets effectuant leur ballet aérien sur fond de soleil couchant, une demi-douzaine de Perdrix grises (eh oui, les ornithos vont à la mer pour voir des gallinacés), 3 Tariers pâtres (2 mâles et 1 femelle... nous ne tirerons aucune conclusion hâtive) et une Effraie des clochers apparemment tombée du lit. Bref, un classique de l'ornithologie en Belgique, mais qui vaut toujours le détour en cette saison, ne fusse que pour nous rappeler que ce n'est pas parce qu'on ne les voit pas qu'ils - ou elles si on a les oies à l'esprit - ne sont pas là, ces oiseaux que nous poursuivons inlassablement de nos jumelles bien inoffensives tandis que d'autres feraient mieux d'accrocher des fleurs à leurs fusils.