Sur les traces d'Aves-Namur en 2016

Balade ornitho au Blankaart

Délaissant les campagnes wallonnes et luxembourgeoises, Aves-Namur s'est rendu à la mer pour sa première sortie de l'année. Et c'est dans la réserve naturelle du Blankaart, à proximité de Dixmude, que nous avons choisi de planter notre longue-vue. Site Natura 2000 et Ramsar, le lit d'hiver de l'Yser est connu en Flandre pour avoir abrité l'une des dernières populations de Loutre de l'ouest de la Belgique - comme l'atteste la grande statue albâtre du centre des visiteurs.

Une semaine avant le changement d'heure, c'est au changement de saison auquel nous avons assisté. Et quel changement ! Imaginez : tandis que nous observions l'un des derniers Harles piettes encore présent sur notre sol, l'un des premiers Pouillots véloces commençait à donner de la voix. Tandis que les Oies cendrées donnaient la réplique aux Oies rieuses, la Bouscarle de Cetti leur volait la vedette, bien cachée dans les roseaux. La Barge à queue noire et le Combattant varié, eux, ne faisaient que passer. De même que le Pluvier dorée et le Bécasseau variable. Les Bécassines des marais, quant à elles, jouaient à cache-cache entre ciel et terre, se riant de quelques étourdis ne sachant plus où donner de la tête. Contrairement au Pipit spioncelle, qui s'est laissé observer au détour d'une flaque de boue, louvoyant entre les gambes de quelques Chevaliers gambettes.

La prochaine fois, qui sait, peut-être verrons-nous la Loutre ?

Quelques photos

WE ornitho en Baie de Somme

Cette année, notre comité a décidé de poser ses valises en Baie de Somme, dans la région nouvellement nommé "Hauts-de-France", en France donc. Trois jours au soleil (avec supplément écrevisse pour ceux qui n'auraient pas emporté leur crème solaire) en ce week-end prolongé de l'Ascension. Au menu, concocté par nos gentils organisateurs (Jean et Maurice) : plage, bières belges et repas gastronomiques. Nous avons en effet pu jouir des facilités du "Moulin de Tigny", ancien moulin reconverti en gîte sis dans la commune de Tigny-Noyelle (que nous recommandons fortement tant le cadre est sympathique et convivial). Mais notre escapade picarde n'avait pas comme seul objet le malt houblonné et la viande pata negra. Car, comme tout ornithologue qui se respecte le sait, la région abritant l'emblématique Parc du Marquenterre est surtout connue pour son avifaune paludicole et littorale.

Nous avons donc commencé notre périple le vendredi après-midi par la Réserve naturelle de la Baie de Somme, le long du célèbre Parc précédemment cité. Le soleil tapait fort et les traditionnels canards limicoles et autres laridés étaient au rendez-vous. Les passereaux, quant à eux, n'étaient pas en reste, puisqu'ils nous ont accompagnés de leurs cris et chants tout le long de la promenade. Nous épinglerons néanmoins quelques espèces remarquables : un Balbuzard pêcheur se nourrissant sur un banc de sable, quelques Cigognes blanches passant dans le ciel, une troupe d'Avocettes élégantes prenant un bain de soleil, une Guifette leucoptère jouant à cache-cache, un hypolaïs polyglotte relativement discret, au contraire du Rossignol philomèle, particulièrement en voix en cette saison.

La matinée du samedi nous a emmenés dans les marais de Hautebut, où nous avons battu des records de vitesse : les oiseaux ne se sont pas fait prier, nous avons donc profité du spectacle. Grèbes à cou noir et castagneux, Busard des roseaux, Echasse blanche, Bergeronnettes grise et printanière, Tariers des prés et pâtre, Phragmite des joncs, Bouscarle de Cetti, et même une Chevêche d'Athéna, repérée dans la végétation par l'oeil de lynx de Maurice.

Après avoir rejoint Lise-Marie, Fabien et Véronique, l'après-midi s'est poursuivi à la Réserve du Grand Laviers. Les canards étaient là, dont un beau mâle de Sarcelle d'été, mais pas qu'eux. Epervier d'Europe, Faucons crécerelle et hobereau. Râle d'eau, Chevaliers guignette, gambette, arlequin et aboyeur, Barge à queue noire, Combattant varié. Mouettes rieuse et mélanocéphale (cette fois, c'est l'oeil avisé de Lise-Marie qui l'a repérée). Coucou gris, Martinet noir, Rousserolle effarvatte, Pouillots fitis et véloce, ...

Le dimanche, où nous avons profité de la fraîcheur matinale (si peu...), nous nous sommes rendus dans la Basse vallée de la Somme, là où la végétation était suffisamment conséquente que pour nous accorder un peu d'ombre et quelques espèces plus "buissonnières et arboricoles" (et aussi moins facile à voir). Nous retiendrons particulièrement cette magnifique observation de Tourterelles des bois (posées sur une branche surplombant le chemin) et de Coucou gris criant posé sur un piquet (un bonheur pour les photographes). Mais aussi celle, plus furtive, d'une Bouscarle de Cetti chantant (mention digne d'intérêt tant sa rareté visuelle est proportionnelle à son abondance auditive), d'une "troupe" de Hérons garde-boeufs, de quelques Spatules blanches en vol, d'un Busard Saint-Martin rasant les roseaux, d'une Bergeronnette flavéole (sous-espèce flavissima de la printanière, parfois élevée au rang d'espèce à part entière), du quatuor de Fauvettes (des jardins, à tête noire, grisette et babillarde), ... Tout cela sous les chants et cris du Butor étoilé, de la Grive musicienne, de la Locustelle tachetée, du duo de Rousserolles (effarvate et verderolle), du Loriot d'Europe, et des Bruants des roseaux et jaune.

Au vu de la liste impressionnante d'espèces (120 sur tout le week-end, un record), nous ne pouvons que confirmer l'attrait de cette région pour tous les amateurs de nature. D'autant plus que notre "garden list" compte elle aussi quelques pépites : Cincle plongeur, Hirondelle de fenêtre au nid, Gobemouche gris, Grimpereau des jardins, Loriot d'Europe, Serin cini, Bruant proyer, ...

De l'avis unanime, c'était certainement une de nos plus belles "balades" jusqu'à présent. Encore merci à Jean et Maurice pour ce magnifique week-end. Vivement l'année prochaine !