Aves, p�le ornithologique de Natagora

Consultez les articles du Bulletin Aves !

Recherche

Retour à la liste des articles

Aves, 40/1-4 | 2003 | 172-174

  Hivernage des Cigognes noires (Ciconia nigra) ouest-européennes en Afrique occidentale: bilan des campagnes de suivi satellitaire menées entre 1995 et 2000 par le programme “Cigognes sans Frontières” de l’Université de Liège
Hourlay, F.

Article est disponnible en pdf Télécharger l'article au format pdf (196 Kb)

Résumé de l'article

Jusqu’il y a peu, la majorité des études portant sur la Cigogne noire avaient été réalisées dans sa zone de reproduction paléarctique. Nous connaissions donc très peu les habitudes de cet oiseau durant la période d’hivernage en Afrique. Les campagnes de suivi par radiotélémétrie satellitaire menées entre 1995 et 2000 par le prrogramme “Cigognes sans Frontières”, l’a.s.b.l. Solon et l’Ulg ainsi que différents voyages effectués en Afrique de l’Ouest nous ont permis de récolter des informations précieuses sur les habitudes des Cigognes noires ouest-européennes dans leurs zones d’hivernage: comportement social, déplacements, différences entre juvéniles et adultes, fidélité à un même site... Sur les 26 sujets quit ont été suivis entre 1995 et 2000, nous possédons ainsi des données concernant l’hivernage pour 14 d’entre eux, dont 5 pour l’hivernage complet. Cette étude a permis de localiser de façon très précise les nombreuses régions fréquentées par les Cigognes noires que nous avions équipées d’une balise. Elles ont occupé une zone d’hivernage très étendue en Afrique de l’Ouest, surtout en longitude: leurs positions moyennes sont comprises entre 10° et 16° de latitude nord et entre 13° ouest et 1° est de longitude, où elles s’installent souvent à proximité des grands fleuves. Il s’agit d’une région subsahélienne dont le climat est caractérisé par l’alternance d’une saison sèche importante en hiver et d’une courte saison des pluies. Les Cigognes noires arrivent au début de la saison sèche, en octobre, et repartent avant la saison des pluies, en février-mars. Nous pouvons distinguer deux régions à forte concentration de cigognes hivernantes, correspondant aux deux voies de migration qu’empruntent les Cigognes noires d’Europe de l’Ouest lors de leur survol du continent africain. Une analyse détaillée du statut de chacun des sites d’hivernage répertoriés montre que plus de 70% des sites fréquentés par les Cigognes noires que nous avons suivies sont des parcs nationaux ou des réserves cynégétiques. Durant leur hivernage en Afrique de l’Ouest, les Cigognes noires semblent adopter un comportement fort erratique. Elles fréquentent un domaine vital très grand, celui-ci étant en fait constitué de plusieurs domaines différents qu’elles occupent successivement pour des durées très variables, de 1 jour à 3 mois. Les cigognes changent de région en général une à troid fois durant leur hivernage. La taille de ces domaines peut varier fortement d’un individu à l’autre et d’une période à l’autre mais, elle est en général comparable à la taille des domaines vitaux que les cigognes occupent en Europe durant la période qui précède leur départ. Ces domaines peuvent se chevaucher partiellement ou être complètement distincts. La cause principale de ce comportement erratiqueserait l’assèchement progressif des mares et cours d’eau avec l’avancement de la saison sèche frçant les cigognes à se déplacer vers des endroits où elles trouvent encore de la nourriture. Les localisations de plusieurs individus reportées sur des cartes topographiques permettent de constater cette dépendance vis-à-vis des cours d’eau et zones humides dans les quartiers d’hivernage: ils se cantonnent à proximité immédiate des points d’eau et, au fur et à mesure que la saison sèche avance, ils se rapprochent du cours principal de la rivière ou du fleuve. En Afrique, les cigognes juvéniles font preuve d’un comportement plus errratique que les adultes, ce fait pouvant traduire une tendance à explorer la région où ils se sont installés ainsi que les régions voisines. Nous avons également noté pour une cigogne suivie en 1996 alors qu’elle n’était encore qu’un juvénile, puis en 1998, un certain degré de fidélité pour des régions spécifiques. Cette cigogne est retournée d’une année à l’autre dans la même zone d’hivernage ou a effectué des haltes prolongées dans la même région.

Articles sur les espèces principales

Cigogne noire
Ciconia nigra

Consultez la fiche de l'espèce

Articles publié dans le même bulletin