Aves, p�le ornithologique de Natagora

Consultez les articles du Bulletin Aves !

Recherche

Retour à la liste des articles

Aves, 40/1-4 | 2003 | 176-178

  Hivernage de Cigognes noires (Ciconia nigra) originaires de la République Tchèque dans différentes régions d’Afrique
Bobek, M., Pojer, F. Peske, L. & Simek, J.

Article est disponnible en pdf Télécharger l'article au format pdf (327 Kb)

Résumé de l'article

Des cigognes noires adultes, équipées d’émetteurs satellites (PTT) et VHF en République Tchèque au cours de la période 1995-2000, ont rejoint leurs quartiers d’hiver tant par la voie migratoire de l’ouest (six oiseaux sur dix) que par la voie de l’est (quatre oiseaux). Un des oiseaux migrant par l’ouest a passé l’hiver dans le sud de l’Espagne, dans l’estuaire du Guadalquivir, tandis que les autres ont atteint leurs principaux quartiers d’hivernage en Afrique sub-saharienne, dans une zone comprise entre 16) et 5° de latitude nord. Ces quartiers d’hiver ont été localisés dans différents types d’habitats: en savane sèche du Soudan, en savane humide de type guinéen et dans différentes régions montagneuses d’Ethiopie. Plusieurs expéditions ont été menées pour découvrir cinq zones d’hivernage différentes. Trois cigognes ont été suivies année après année (la femelle Kristyna, 4 années d’affilée) et toutes ont montré une grande fidélité aux sites, dans un espace de quelques centaines de kilomètres carrés à peine? Selon leur trajet migratoire, les cigognes arrivent dans leurs quartiers d’hiver principaux, entre la fin septembre et le début de décembre, bien que les dates d’arrivée soient assez variables au fil des ans pour une même cigogne. Une “zone tampon” en Afrique de l’Ouest et Centrale, en bordure du désert du Sahara, a été découverte. Dans cette zone, les cigognes se rassemblent en groupes importants, jusqu’à plusieurs dizaines d’individus. Certaines cigognes restent tout l’hiver dans de telles régions, principalement en Afrique de l’Ouest, dans une zone inondée du fleuve Sénégal, dans la région de Maghama à la frontière de la Mauritanie et du Sénégal (probablement aussi dans la région de la rivière Karakoro, sur la frontière malo-mauritanienne). D’autres cigognes peuvent utiliser cette zone pour se reposer et refaire leurs réserves de graisse avant de poursuivre vers leurs principaux quartiers d’hivernage. Néanmoins, de tels mouvements migratoires peuvent être la conséquence d’une compétition croissante pour les ressources alimentaires, qui s’amenuisent au cours de l’avancement de la saison sèche, comme cela nous a été démontré au Tchad oriental. Les principaux quartiers d’hiver des cigognes migrant par l’ouest se trouvent à l’est du Sénégal, dans le centre et l’ouest du Mali et dans le sud de la Mauritanie. Les cigognes empruntant la voie de l’est achèvent leur migration dans le nord de l’Ethiopie, à l’est de la République Centrafricaine (deux oiseaux) et au sud-est du Nigeria. De brefs mouvements locaux, de quelques dizaines de kilomètres, ont été notés dans les quartiers principaux, où les cigognes passent la saison d’hiver en solitaires ou en petits groupes. Plusieurs expéditions ont également identifié les menaces qui pèsent sur les oiseaux hivernant. En dehors de la compétition pour les ressources, mentionnée ci-dessus (aussi bien avec d’autres animaux qu’aveec les autochtones et leurs troupeaux), les principaux conflits sont générés, sur les zones d’hivernage, par la densité des installations humaines, où les cigognes peuvent être victimes de vandalisme (Ethiope) ou peuvent même faire l’objet d’une chasse (Nigeria). Le manque d’habitats appropriés pour les Cigognes noires est étroitement lié à l’expansion des terres agricoles. Les oiseaux pistés ont quitté leurs sites d’hivernage entre la mi-février et la fin mars. Juste avant la migration de retour, des mouvements locaux et deux mouvements de plus grande envergure (respectivement 520 km, de l’ouest du Mali au nord de la Mauritanie et 920 km de l’est du Sénégal au nord de la Côte d’Ivoire) ont été observés. De tels mouvements ont probablement été induits par l’assèchement des zones de nourrissage. La Cigogne moire étant un oiseau européen menacé, il serait dès lors approprié d’assurer la protection des sites et des habitats d’hivernage où les regroupements sont les plus nombreux. Il serait également intéressant de donner à la région de Maghama (Mauritanie), mentionnée ci-dessus, un statut de protection particulier puisqu’elle sert de zone relais ou d’hivernage pour bon nombre de Cigognes noires.

Articles sur les espèces principales

Cigogne noire
Ciconia nigra

Consultez la fiche de l'espèce

Articles publié dans le même bulletin