Aves, p�le ornithologique de Natagora

Consultez les articles du Bulletin Aves !

Recherche

Retour à la liste des articles

Aves, 40/1-4 | 2003 | 184-188

  L’hivernage de la Cigogne noire (Ciconia nigra) dans les rizières du Guadalquivir (Espagne) entre 198 et 2001
Parkes, C. & Tores Sanchez, A.

Article est disponnible en pdf Télécharger l'article au format pdf (423 Kb)

Résumé de l'article

Début novembre 1988, des responsables du programme tchèque “African Odyssey” ont demandé aux auteurs de suivre les mouvements de “David”, une Cigogne noire (Ciconia nigra) mâle équipée d’émetteurs Argos et VHF, originaire de Tchèquie et qui semblait avoir choisi cette région du sud-ouest de l’Espagne pour hiverner. Au cours de trois hivers successifs, équipés de récepteurs, longues-vues et GPS, les auteurs ont quadrillé lors de 32 visites une zone de 3.750 hectares (37°N, 6°O) entre le Guadalquivir et la ville de Las Cabezas de San Juan (Prov. de Séville), à l’est du Parc national de Donana. Il s’agit d’une région extrêmement plate, entièrement consacrée à la riziculture, quadrillée par des canaux de drainage et d’irrigation. A part quelques eucalyptus, la végétation arborée est inexistante et la population résidente très peu nombreuse, des bâtiments agricoles étant disséminés un peu partout. Le climat hivernal est doux avec un taux d’humidité élevé et des précipipations abondantes certaines années. Le nombre total d’hivernants a peu varié durant ces trois hivers: maximum 57 ex. en 1998-99, 58 ex. en 1999-2000 et 54 ex. en 2000-2001. Il existe néanmoins des différences selon la saison et l’avancement de la période hivernale (Fig. 1). Les premières observations ont lieu fin septembre mais, il peut s’agir à ce moment d’une halte migratoire, le passage à travers le détroit de Gibrltar se déroulant jusqu’à mi-octobre. Les dernières données se situent en mai et concernent des jeunes et sub-adultes. Sur un total de 365 oiseaux, on note 67 ex. de première année (18,4 %) et 298 adultes (81,6 %), cette répartition étant pratiquement identique au cours des trois hivers (Fig. 2). Les cigognes se rencontrent en général par petits groupes de 4 à 1à ex., les isolées n’étant toutefois pas rares. A l’opposé, le groupe le plus important comptait 46 ex. De temps à autre, les deux espèces de cigognes se mêlent mais, cela reste peu fréquent. La nourriture principale des Cigognes noires est constituée de Procambarus clarkii), une écrevisse originaire d’Amérique du Nord. L’origine des oiseaux fut rarement déterminée: outre “David”, originaire de Tchèquie, et “Jonas”, descendant de ce dernier, deux ex. portuguais issus d’un même couple mais, d’âge différent furent déterminés ainsi qu’un ex. espagnol muni d’un émetteur-satellite et un ex. porteur d’une bague verte d’origine hongroise ou tchèque. Parmi les autres espèces présentes dans la région, on note le Héron cendré (Ardea cinerea), l’Aigrette garzette (Egretta garzetta), le Héron garde-boeufs (Bubulcus ibis), la Talève sultane (Porphyrio porphyrio) ainsi que la Cigogne blanche (Ciconia ciconia). Quant aux dangers menaçant cette zone d’hivernage, on peut citer l’utilisation de pesticides et de poison contre les rongeurs, les lignes électriques et les tirs illégaux.

Articles sur les espèces principales

Cigogne noire
Ciconia nigra

Consultez la fiche de l'espèce

Articles publié dans le même bulletin