Aves, p�le ornithologique de Natagora

Consultez les articles du Bulletin Aves !

Recherche

Retour à la liste des articles

Aves, 40/1-4 | 2003 | 212-221

  Projet “African Odyssey” - recherche sur l’écologie et la migration de la Cigogne noire (Ciconia nigra) et présentation sur Internet
Bobek, M., Pojer, F. Peske, L. & Simek, J.

Article est disponnible en pdf Télécharger l'article au format pdf (1.08 MB)

Résumé de l'article

Bien que l’aire de nidification de la Cigogne noire soit très vaste, depuis l’Europe de l’Ouest jusqu’en Asie de l’Est, l’oiseau est considéré comme une espèce rare presque partout. La république tchèque en compte environ 300 couples. Par sa rareté, la Cigogne noire bénéficie d’un statut de protection national. Les principaux objectifs du projet “african odyssey” sont l’étude de la migration et de l’écologie de la Cigogne noire , ainsi qu’une présentation des résultats au public en vue de le sensibiliser à cette espèce. Le projet combine dès lors deux approches que sont la recherche scientifique et l’éducation. Cela a été rendu possible grâce à la coopération entre scientifiques et journalistes scientifiques. Le principal intervenant en charge du projet et de son financement sous forme de sponsoring est la radio publique tchèque. Au niveau scienfitique, le projet était pris en charge par l’académie des sciences de la république tchèque. Les résultats du projet “african odyssey” ont été obtenus entre 1995 et 2000. Six mâles adultes, quatre femelles adultes ainsi que six jeunes mâles et deux jeunes femelles ont été équipés d’émetteurs satellites PTT et VHF dans le centre et l’ouest de la Bohême, en république tchèque. Chacune a également été baguée avec une bague comportant un code alphanumérique. Les cigognes adultes ont été capturées au nid durant la période de nidification (jeunes âgés de 25 à 50 jours) ou dans les zones de nourrisage à l’aide de trappes spéciales. La recapture des oiseaux et le remplacement de l’émetteur a permis le suivi de deux individus plusieurs années consécutives (quatre pour la femelle Kristyna, deux pour la femelle Zuzana). A trois reprises les oiseaux formaient un couple. Les jeunes ont été équipées d’émetteurs à l’âge d’environ 48 à 52 jours. Excepté pour l’un d’entre eux, les jeunes étaient issus d’une même famille dont tous les membres étaient équipés de balises. L’intégralité de la migration automnale a été suivie pour huit adultes (4 fois pour Kristyna et deux fois pour Zuzana). Trois versions différents du PTT 100 (produites par Microwave Telemetry Inc.) ont été utilisées durant cette étude. Au début, un émetteur PTT de 65 grammes alimenté par batterie (durée de vie 800 heures) a été utilisé à 5 reprises. La majorité des oiseaux a été équipée avec une version de 45 grammes (durée de vie 1.200 heures). La version de 50 grammes alimentée par énergie solaire et utilisée sur les derniers oiseaux n’est pas satisfaisante à cause de sa faible efficacité sous la canopée. Dans tous les cas, un émetteur VHF (TW3 - 2/3AA de Biotrack) a été associé à la balise satellite. Les données de localisation ont été fournies par le système Argos et téléchargées quotidiennement du centre CLS de Toulouse (France). Ls signaux émis par les émetteurs VHF ont été utilisés pour les suivis locaux sur les sites de nidification, de halte migratoire et d’hivernage. Pour les localisations habituelles, une antenne de type Yagi de 3 à 5 éléments et des scanners de type AR8000 et XT100 sont utilisés. Les cigognes suivies passent l’hiver en Afrique, dans une bande située au sud du Sahara; un mâle seulement a hiverné dans le sud de l’Espagne. Les cigognes ont utilisé à la fois la route sud-ouest via le Détroit de Gibraltar (6 adultes, 1 jeune) et la route sud-est via le Détroit du Bosphore et celui des Dardanelles (quatre adultes). Les destinations finales des cigognes migrant par l’ouest sont l’Espagne, la Mauritanie, le Sénégal et le Mali, tandis que les cigognes migrant par la voie de l’est se rendent en Ethiopie, au Tchad, en république centrafricaine mais, également plus à l’ouest, comme au centre du Nigéria. Les cigognes adultes quittent leurs aires de nidification entre la mi-août et la mi-septembre. Il n’y a aucune différence entre les oiseaux migrant par la voie de l’ouest et ceux migrant par l’est. Les deux membres du couple partent en migration tout à fait indépendamment; dans un cas, les deux membres du couple ont emprunté des voies de migration distinctes (la femelle Kristyna par l’ouest et le mâle Jakub par l’est). Les jeunes partent également indépendamment de leurs parents; il est néanmoins très probalbe que, dans au moins un cas, deux oiseaux issus du même couple ont quitté leur aire de nidification ensemble en 1999. La vitesse de migration des oiseaux adultes est plus lente en Europe ou en Asie qu’en Afrique. Lrs de la traversée du Sahara, la vitesse de migration est parfois supérieure à 400 km par jour. La migration à travers la partie non-africaine du voyage est souvent interrompue par des escales d’une durée de plusieurs jours à plusieurs semaines. Généralement, les haltes migratoires sont plus longues pour la route sud-est (principalement dans la péninsule des Balkans) que pour cele du sud-ouest. Par conséquent, les oiseaux migrant par l’ouest passent moins de temps en migration (intervalle 27-67 jours, moyenne x=45, n=6) que les oiseaux migrant par l’est (intervalle 50-104 jours, moyenne x=80, n=5). Les cigognes arrivent dans leurs quartiers d’hivernage sub-saharien à partir de fin septembre jusqu’à la fois du mois d’octobre (cigognes “de l’ouest”) et de la fin octobre à la mi)décembre (cigognes “de l’est”). Durant la migration d’automne, l’influence négative des mauvaises conditions météorologiques adverses a fréquemment été notée: par exemple, traversée retardée des Pyrénées ou plusieurs centaines de kilomètres de migration inverse au cours d’une tempête de sable dans le Sahara. Les cigognes suivies plusieurs années consécutivement ont montré une grande fidélité à lerus sites d’hivernage. Néanmoins, leurs routes de migrations n’étaient pas identiques certaines années (par exemple, traversée des Pyrénées à l’extrémité nord-ouest ou sud-est). Les cigognes quittent leurs sites d’hivernage en Afrique de l’ouest de la mi-février à la mi-mars. Deux cigognes ont quitté leurs quartiers d’hivernage en Afrique de l’est respectivement au début et à la fin du mois de mars. La migration printanière des cigognes empruntant la voie de l’ouest dure environ 35 jours (intervalle 28 - 56 jours, n=5) tandis que la migration de deux cigognes par la voie de l’est a duré respectivement 66 et 68 jours. Comme lors de la migration d’automne, de plus longues haltes ont été notées dans la partie non africaine de la migration. La plus courte et la plus longue distances entre l’aire de nidification et le quartier d’hivernage en Afrique sont respectivement d’environ 4.500 km (Ethiopie) et 7.000 km (Nigeria via la voie du sud-est). C’est principalement la radio tchèqye qui s’est chargée de faire connaître au public le projet “african odyssey”. En outre, dès 1997 les premiers textes, cartes et photographies du projet ont été placés sur le serveur internet de la radio de Prague. Des fichiers-sons contenant des prises de sons de l’expédition Ethiopie (janvier et février 1997) ont été ajoutés. Par contre, l’organisation et la structure du site ne permettaient pas de compléter les informations et de mettre les pages à jour. C’est la raison pour laquelle un site internet “african odyssey” (http://capi.internet.cz) a été inauguré en 1997 et mis à jour continuellement jusqu’à aujourd’hui. Le visiteur est certain d’y trouver à la fois les archives du programme, des textes, photographies, animations et fichiers-sons qui illustrent différents aspects du projet. Le nombre de visites sur le site a d’ailleurs permis à celui-ci de se classer parmi l’un des pkus visités dans la catégorie des sciences et de la nature. Le record fut atteint en octobre 1998, lorsqu’une des cigognes a été abattue en France.. En mai 1998, les pages web dénommées “Kristyna Live” (http://kristyna.rozhlas.cz) ont été lancées. On a pu y voir des retransmissions vidéo en direct de nids de Cigogne noire pendant 86 jours. L’année suivante, des fichiers vidéo et audio provenant des pages “african odyssey” furent ajoutés de manière hebdomadaire. Les pages interactives “Storks online” (http://capi.fido.cz) furent créées en septembre 1998. Plusieurs fois par jour, les coordonnées des cigognes sont renseignées. Le visiteur peut y voir des cartes et observer la position actualisée de chaque cigogne, sa progression complète ou une partie de celle-ci seulement, calculer la distance parcourue, etc. Enfin, en décembre 1999, les pages “expédition en Afrique de l’ouest” (http://praha.rozhlas.cz/capi) sont créées à l’occasion de l’expédition dans les quarties d’hivernage des cigognes. Ces pages présentaient des rapports journaliers du Sénégal, de Mauritanie et du Mali, non seulement sous forme de textes en tchèque, anglais, français et allemand mais, également, des fichiers audio et vidéo. Toutes les pages concernant le projet sont connectées entre elles; la page principale étant “african odyssey” à l’adresse capi.internet.cz. Actuellement, de nouvelles pages interactives sont en préparation à l’adresse www.rozhlas.cz/odysea et une nouvelle version du système cartographique ainsi que du “Laboratoire Cigogne” est en chantier.

Articles sur les espèces principales

Cigogne noire
Ciconia nigra

Consultez la fiche de l'espèce

Articles publié dans le même bulletin