Aves, p�le ornithologique de Natagora

Consultez les articles du Bulletin Aves !

Recherche

Retour à la liste des articles

Aves, 57/2 | 2020 | 59-86

  La mobilité entre deux nichées comme réponse du Grèbe castagneu Tachybaptus ruficollis aux évènements climatiques extrêmes
Alain Jortay

Article n'est pas encore disponnible en pdf Article disponible au téléchargement en 2022

Résumé de l'article

Nous avons suivi chaque semaine durant 20 ans une population nicheuse de Grèbe castagneux (20 couples en moyenne) dans 3 sites de bassins de décantation en Hesbaye liégeoise (Belgique). Les couples cantonnés se sont répartis en 444 territoires. Les dates d’arrivée ont été comparées. Deux vagues d’arrivée d’oiseaux sont décrites, la première de février à mi-mai, la seconde de mi-mai à août. Les territoires des oiseaux de la première vague sont restés généralement occupés; 12 % seulement sont concernés par un changement de bassin sur le même site et 4 % vers un bassin d’un des autres sites étudiés. De plus, 74 % de ces déplacements peuvent être expliqués par une baisse du niveau d’eau dans le bassin initial. La seconde vague n’est pas observée chaque année ; toutefois, certaines années (2005/2006 et 2011/2012), on assiste au doublement des effectifs habituels de la population nicheuse locale. Des tests statistiques ont été réalisés de sur la base de données météorologiques du sud de la Belgique et de la France. Si les tests avec les stations belges ne fournissent que des corrélations négatives, des corrélations positives significatives sont établies pour 56 stations météorologiques en France (sur un total de 96) pour une sécheresse de longue durée (2 à 3 ans). Dans ces conditions d’évènements climatiques extrêmes, le Grèbe castagneux peut être classé parmi les nicheurs itinérants (Newton, 2008). Les connaissances sur les mouvements du Grèbe castagneux en période de nidification, incluant la région méditerranéenne, sont extrêmement partielles. Pour les suivis de sites où une population de Grèbes castagneux existe, et en l’absence de programmes de suivi par satellite, nous recommandons de réaliser, en saison de reproduction, 5 comptages des oiseaux cantonnés sur 2 périodes successives différentes. Cette méthodologie a été testée avec succès au cours de notre étude.

Contact