Aves, p�le ornithologique de Natagora

Consultez les articles du Bulletin Aves !

Recherche

Retour à la liste des articles

Aves, 7/5-6 | 1970 | 129-156

  L'avifaune d'une commune semi-urbaine : Jupille S/Meuse.
Lemaire, F.

Article est disponnible en pdf Télécharger l'article au format pdf (5.22 MB)

Résumé de l'article

Avec ette liste évidemment non exhaustive de 112 espèces d'oiseaux observées par nous dont 60 au moins sont nidificatrices, l'avifaune de Jupille (milieu déjà très urbanisé) est encore aujourd'hui relativement riche. Cette richesse famique pourra-t-elle se maintenir dans les années à venir? On peut en douter quant on voit avec quelle rapidité l'homme détériore actuellement les biotopes les plus favorables à la vie sauvage. Ainsi, parmi les sites dont nous avons souligné l'intérêt, le Vallon du Fond de Crahay est menacé par des projets de lotissement et par la construction de routes joignant la rue de Bois-de-Breux au Cimetière de Robermont, entraînant la disparition de grosses haies et de plusieurs hectares de prairies. Les vieux vergers ne semblent pas menacés dans l'immédiat; il est évident que leur disparition provoquerait une forte diminution de plusieurs espèces cavernicoles. Les Houltpays sont jusqu'à présent exempts de constructions, mais un projet d'autoroute et de lotissement en ferait disparaître une partie vers 1972-73. Il est possible que le biotope du Cimetière de Robermont reste inchangé quelques années encore, ce qui permettrait la fixation très probable d'une espèce nidificatrice supplémentaire : le Pipit des arbres qui y trouverait un biotope idéal. Repris dans l'inventaire des Sites de la Province de Liège, le bois de Fayenbois, le Fond Rivaux et le Fond Houleux sont théoriquement protégés. Outre ces zones protégées, peut-on envisager d'autres mesures pour conserver la diversité de l'avifaune d'une commune semi-urbaine comme Jupille? Nous avons souligné dans la première partie de cet article le rôle que les haies jouent en procurant aux oiseaux d'excellents sites de nidification. On devrait donc souhaiter leur maintien et leur développement dans les meilleures conditions. Malheureusement, un règlement provincial prescrit leur taille annuelle à la hauteur de 1m40 et on tend de plus en plus à les supprimer. Enfin, est-il utile de le répéter, certaines espèces de notre avifaune ne sont pas seulement menacées par la suppression ou la modification des biotopes, mais aussi par la pratique scandaleuse de la tenderie massive en Belgique. En cette année européenne de la protection de la nature, il faut espérer que des mesures décisives seront prises pour supprimer cette pratique bien ancrée à Jupille.