Aves, p�le ornithologique de Natagora

Consultez les articles du Bulletin Aves !

Recherche

Retour à la liste des articles

Aves, 9/1-2 | 1972 | 1-80

  Contribution à la biologie des Mésanges (Paridae) en milieu forestier.
Delmée, E., Dachy, P. & Simon, P.

Article est disponnible en pdf Télécharger l'article au format pdf (5.19 MB)

Résumé de l'article

En guise de conclusion, qu'on nous permette de souligner une fois de plus la complexité des problèmes en matière de protection des oiseaux et de la nature en général ainsi que la nécessité d'effectuer des études écologiques préalables à toute action de cet ordre. L'expérience réalisée à Oignies nous paraît en cosntituer un exemple typique. Reprenons les faits par ordre chronologique et voyons ce qui s'est passé pour nos Mésanges. Nous avons eu affaire à un territoire pour lequel il est permis de supposer qu'au départ il y avait une certaine carence de cavités naturelles susceptibles de servir à la nidification. Bien que, comparée à d'autres, la forêt y soit relativement peu perturbée par l'activité humaine, elle est quand même gérée en fonction d'un certain rendement : les arbres creux, c'est-à-dire de mauvais qualité économiquement parlant, en sont éliminés régulièrement. La pose des nichoirs est venue brusquement saturer le territoire en cavités aptes à permettre la nidification des Mésanges. Celles-ci y ont trouvé une aubaine et s'y sont installées en grand nombre pour nidifier et s'y abriter l'hiver; elles se sont multipliées. Dans un second temps, nous assistons à la réaction des prédateurs. Pour eux aussi, il s'agit d'une aubaine : nos nichoirs sont constitués par des boîtes toutes identiques, aisément visibles par elles-mêmes et en plus, situées le long des sentiers à hauteur constante, ce qui facilite encore le repérage et en augmente la vulnérabilité. Ils y trouvent ainsi en toute saison et à leur portée, les proies dont ils ont besoin pour vivre; du coup ils en limitent la population à de justes proportions et rétablissent l'équilibre quelque peu compromis. A plus long terme, la pose des nichoirs pour cavernicoles n'est pas nécessairement bénéfique. Elle ne peut se faire inconsidérément et présuppose une étude écologique approfondie du milieu, car, comme toute intervention humaine dans la nature, elle peut en menacer l'équilibre biologique.