Aves, p�le ornithologique de Natagora

Consultez les articles du Bulletin Aves !

Recherche

Retour à la liste des articles

Aves, 15/3 | 1978 | 86-122

  Le Chevalier guignette (Tringa hypoleucos) et d'autres limicoles en ahlte de migration automnale.
Vasteenwegen, C.

Article est disponnible en pdf Télécharger l'article au format pdf (1.01 MB)

Résumé de l'article

Nous avons suivi, du 20 juillet au 10 octobre 1976, le déroulement de la migration des limicoles dans les bassins de décantation de Tirlemont (Brabant). Nous avons visité plus sporadiquement deux autres sites : les bassins de décantation de Hougaerde et de Leuze-Longchamps. Nous remarquons tout d'abord que l'abondance spécifique relative, la diversité et la richesse varient d'un site à l'autre. Les divergences constatées sont peut-être le reflet des préférences écologiques des espèces. Nous décrivons ensuite brièvement les exigences des espèces concernées. En ce qui concerne le Chevalier guignette (Tringa hypoleucos), nous remarquons qu'il n'est pas possible de définir une entité territoriale que l'on qualifierait de site de halte. Nous savons que plusieurs facteurs déterminent la halte migratoire (Gyllin, 1965) : - l'état du site : quelques indices nous portent à croire que la nourriture n'a pas joué un rôle déterminant dans la durée de séjour des limicoles; - les conditions atmosphériques : les variations de l'effectif journalier à Tirlemont ne semblent pas être en relation avec les conditions atmosphériques locales, ce qui nous porte à croire que celles-ci n'ont pas eu un effet significatif sur le déroulement de la migration. Nous avons tenté de comparer les observations de 1976 avec une série de données récoltées l'année précédente; il semble que dans l'ensemble, les effectifs toutes espèces ont montré une évolution parallèle. Nous avons été amenés à penser que la halte migratoire à Tirlemont, que nous condiérons comme régulière pour la plupart des oiseaux, a surtout un rôle de restauration physique, comme en témoigne l'augmentation de poids notée chez le Chevalier guignette. Cette halte migratoire, nous pouvons la qualifier de halte normale, vu qu'elle ne semble pas être causée par des facteurs d'ordre climatique, et que les facteurs étrangers aux populations de limicoles eux-mêmes (facteur est ici à prendre dans son acception la plus large), ne semblent pas avoir obligé les oiseaux à raccourcir leur durée de séjour. A partir de ces constatations, nous avons pu envisager d'estimer le flot migratoire total, c'est-à-dire les individus qui ont fait halte dans les bassins sur toute la saison. Le dénombrement journalier posait un certain nombre de problèmes, qui ont pu être résolus de façon satisfaisante. Grâce à des séances de capture et de marquage (taches de couleur), nousa vons pu estimer le temps de séjour du Chevalier guignette; seule espèce dont les effectifs nous autorisaient une approche statistique. Nous avons envisagé une série de biais qui rendaient notre première estimation de la durée de séjour fort imprécise. Pour les autres espèces, quelques temps de séjour sont également citéS;