Aves, p�le ornithologique de Natagora

Consultez les articles du Bulletin Aves !

Recherche

Retour à la liste des articles

Aves, 2/5-6 | 1965 | 97-125

  Le Jaseur boréal (Bombycilla garrulus) - aperçu sur ses déplacements. Analyse des apparitions en Belgique.
Tricot, J.

Article est disponnible en pdf Télécharger l'article au format pdf (4.91 MB)

Résumé de l'article

La Belgique se trouve à la limite normale de l'extension des migrations annuelles des Jaseurs. Sauf exceptions (un seul hiver durant la période 1941-42 à 1963-64), le jaseur y est chaque fois observé. La limite d'extension est très variable, en général limitée par une apport dans le Nord du pays, accompagné d'une faible apparition dans l'Est du pays, qui peut toutefois y faire défaut. De temps à autre, irrégulièrement, les Jaseurs déferlent et traversent notre pays, en longeant la côte sur un très large front, en provenance des Pays-Bas. La province de Limbourg reste généralement à l'abri de l'invasion. A l'Est, par contre, il semble que l'Ardenne fournisse un rempart infranchissable, les troupes de Jaseurs y limitant leur mouvement invasionnel à la Meuse, sans pénétrer en force dans l'Entre-Sambre-et-Meuse. Le développement des invasions en France devrait confirmer ces conclusions. Il en est bien ainsi N. MAYAUD (1945), en passant en revue les apparitions des Jaseurs en France, depuis les premières données jusqu'à l'hiver 1943-44, constate un envahissement provenant de deux directions séparées : l'une par le Nord, le long de la côte, atteignant en premier lieu les départements du Nord et du Pas-de-Calis, l'autre avec pénétration en France par les départements de l'Est. Ces deux mouvements peuvent être simultanés ou non. Par exemple, durant l'hiver 1903-04, une invasion considérable déferle sur l'Europe occidentale. En France, elle se manifeste uniquement à l'Est dans les départements situés en frontière; le mouvement n'atteint pas le Nord et le Pas-de-Calis. Par contre, en 1913-14, le mouvement en provenance du Nord est très prononcé, il atteint la Normandie, la Sarthe et même l'Atlantique en Loire-Atlantique et Vendée. Tout l'Est de la France est envahi d'Est en Ouest, mouvement sur lequel se greffe un infléchissement probalbe vers le Sud, par la vallée du Rhône, jusqu'en Provence. Nous avons vu que durant l'hiver 1963-64, l'apport hollandais ne traverse pas les deux Flandres pour pénétrer en France, mais s'y arrête à mi-parcours (ce que confirme l'absence d'observations dans les départements du Nord). Seul un mouvement en provenance de l'Est se manifeste en France, en corrélation avec celui remarquée en Ardenne belge. Si les invasions importantes qui touchent le Nord de la France sont assez rares, par contre nous devrions les voir plus nombreuses aux Pays-Bas et dans les Iles Britanniques qu'en Belgique. Comme prévu, exception faite pour 1921-22, toutes les invasions belges se retrouvent aux Pays-Bas, où elles sont d'ailleurs plus nombreuses. Les Iles Britanniques sont situées en bordure Ouest du déplacement invasionnel des Jaseurs. Ceux-ci n'y sont visibles que les hivers où l'exode est massif, en provenance de l'Est.

Articles publié dans le même bulletin